Skip to content

Rétrospective de l’année 2014

BLOG_TOP2014_FGagnon_000
Une de mes dernières sorties photographiques de l’année 2014 s’est déroulée dans les montagnes charlevoisiennes.

Twelve significant photographs in any one year is a good crop.
– Ansel Adams

Une année se termine, une autre commence. L’année 2014 a aura été difficile à différents égards, mais elle m’aura tout de même permise de produire des photographies dont je suis fier. En voici 12 qui sortent selon moi du lot. C’est un choix purement personnel qui a été difficile à effectuer compte tenu du grand nombre d’images prises cette année. Une petite description accompagne chacune des photographies. L’ordre suit la date de la prise.

Frimas

BLOG_TOP2014_FGagnon_101

Une brume glaciale avait recouvert les sommets des montagnes environnant le petit village des Éboulements, dans Charlevoix. Bien que les nuages et le brouillard étaient encore bien présents, le soleil réussissait à se frayer un chemin pour éclairer partiellement la forêt complètement givrée.

Les dernières lueurs

BLOG_TOP2014_FGagnon_102

Les froids extrêmes et les marées avaient laissé sur les berges d’énormes morceaux de glaces, atteignant parfois les deux mètres de hauteur. J’avais profité des dernières lueurs du soleil pour capter cet imposant monolithe. C’était à l’Isle-aux-Coudres, dans Charlevoix.

Les nuits froides de février

BLOG_TOP2014_FGagnon_103

Les grands vents avaient formés d’étranges reliefs sur la neige qui étaient encore visibles grâce aux dernières lueurs du jour. C’était au mois de février dernier, alors que les froids s’accrochaient toujours de façon anormale.

Cette photographie fait partie d’une série produite au cours de l’hiver dans le Parc national des Grands-Jardins. Si vous voulez en voir d’avantage, vous pouvez cliquez sur ce lien.

À travers la nuit

BLOG_TOP2014_FGagnon_104

Alors que l’obscurité envahissait graduellement le paysage, le phare de Cap-des-Rosiers se dressait droit, immuable aux vents et marées, guidant les navires égarés.

Cette photographie fait partie d’une petite aventure publiée sur mon blogue, à cette adresse.

Le chant des baleines

BLOG_TOP2014_FGagnon_105

Ce matin, je m’étais réveillé par le souffle de petits rorquals qui se baladaient près de la plage. Il était aux alentours de de 4:00 et je pouvais déjà voir les premières couleurs. Je m’étais donc levé pour me diriger qu’à quelques mètres de mon campement pour m’asseoir sur la berge et me préparer à prendre des photos. L’atmosphère était chargée d’humidité et, pour cette raison, j’avais peine à distinguer l’autre rive. Lorsque le soleil se pointa enfin, ses couleurs se diffusèrent pour complètement envelopper la scène. Au loin, un petit rocher restait immergé et quelques canards s’y reposaient calmement. C’était à Baie-des-Rochers, dans Charlevoix.

Douce matinée

BLOG_TOP2014_FGagnon_106

C’était un de ces chauds matins où la lumière se diffusait agréablement bien à travers l’humidité. Les couleurs pastels, colorant subtilement le paysage, promulguaient une certaine sérénité à la scène tout en offrant un contraste frappant avec l’océan tumultueux et les côtes brisées du Acadia National Park.

Le chemin des canards

BLOG_TOP2014_FGagnon_107

C’était un matin particulièrement chaud. Le soleil était déjà levé et sa lumière se diffusait agréablement bien à travers l’humidité ambiante, touchant et colorant doucement les falaises escarpées du Cap-Bon-Ami. Du haut des fortes vagues de la marée montante, quelques jeunes canards, au loin, suivaient tant bien que mal leur mère.

Cette photo fait partie d’une série sur le Parc National Forillon publiée sur mon blog à cette adresse.

Lueurs et réflexion

BLOG_TOP2014_FGagnon_108

Alors que le Mont Robson captait les dernière lueurs du jour, la Voie Lactée se révélait peu à peu, se réfléchissant sur les eaux calmes de Berg Lake. C’était au Parc Provincial du Mont Robson, en Colombie-Britannique.

Vous pouvez voir plus de photographies de ce parc et du périple l’accompagnant en consultant cet article publié à cette adresse.

La tête dans les nuages

BLOG_TOP2014_FGagnon_109

La nuit avait été très belle et, entre les bruits de tonnerre et les tremblements causés par le glacier se disloquant, nous avions extrêmement bien dormi. Nous nous étions levés un matin de plus en espérant avoir quelques nuages qui pourraient meubler le ciel qui avait jusqu’ici été dénudé. À notre arrivé sur les berges du lac, nos souhaits étaient exhaussés. Une masse nuageuse s’était logée sur le sommet du Mont Robson, captant les différents couleurs du lever du soleil. Nous sommes restés tout près d’une heure à photographier frénétiquement la montagne.

Un matin glorieux !

BLOG_TOP2014_FGagnon_111

C’est avec les bottes encore mouillées de la veille que nous avions franchi à la hâte les quatre kilomètres séparant notre tente du Nublet. Nous étions arrivés que quelques minutes avant que le soleil se lève. Après avoir trouvé un endroit intéressant et nous être installés, mon frère et moi étions en extase de voir que le soleil avait commencé à saturer de couleurs le ciel, diffusant sa lumière dans l’humidité causée par la pluie tombée durant la nuit. Le spectacle était tout simplement magique. Les couleurs variaient du jaune au rose, en passant par le orange. De plus, pendant un court instant, la lumière sembla trouver son chemin à travers les nuages pour toucher délicatement quelques parties de Sunburst Peak, se dressant directement devant nous. 

Vous pouvez voir plus de photographies de ce parc et du périple l’accompagnant en consultant cet article publié à cette adresse.

Le flot

BLOG_TOP2014_FGagnon_112

Un petit ruisseau suivant son cours vers le Lac Floe, alors qu’une douce lumière colorée touchait les cimes de la Paroi Rocheuse.

Vous pouvez voir plus de photographies de ce parc et du périple l’accompagnant en consultant cet article publié à cette adresse.

BONUS –  Hibernation

BLOG_TOP2014_FGagnon_113

Alors que les vallées étaient complètement submergées par la brume, les sommets enneigés des montagnes charlevoisiennes baignaient quant à eux dans une magnifique lumière de fin de journée. Et, à travers la forêt givrée, cette petite épinette semblait hiberner, à l’abri dans son manteau de givre.

Cette photo fait partie d’un récit photographique publié sur mon blogue à cette adresse.

Prochains ateliers de photographie de paysage

À venir !

 

 

Articles récents

Commentaire ou questions ?

Be First to Comment

Leave a Reply

Vous aimez ce que vous lisez ?
Inscrivez-vous à l'infolettre pour être périodiquement tenu au courant des derniers articles !
Vous pourrez vous désabonner en tout temps. Aucune information vous concernant sera divulguée.