Skip to content

Catégorie : conseils et astuces

Et si la meilleure destination photographique était sous notre nez ?

L'Île d'Orléans, Québec, Canada - Ce vignoble est à dix minutes de la ville de Québec, endroit où je demeure.
L’Île d’Orléans, Québec, Canada – Ce vignoble est à dix minutes de la ville de Québec, endroit où je demeure.

Depuis les dernières années, je me suis découvert une vraie passion, soit celle de remplir mon sac à dos, réserver les billets d’avion, et de partir caméra au cou. Je planifie tout simplement les mois, les saisons, les années, en fonction des meilleures possibilités photographiques d’une liste de destinations méticuleusement établie et réajustée lorsqu’un endroit est visité. Une vraie obsession.

Évidemment, comme je ne suis pas indépendant de fortune et que, comme la plupart partie de la population, j’ai plusieurs obligations liées au petit train quotidien, je ne peux pas être en constant déplacement. Je dois donc concentrer la plus grande partie de ma photographie sur des endroits moins exotiques, plus anodins et près de chez moi.

C’est toutefois lors de ces escapades effectuées tout autour de Québec que j’ai le plus appris, à la fois d’un point de vue artistique ainsi que technique, et que j’ai certainement produit mes meilleures photographies. Comme vous allez le voir dans la suite de cet article, les raisons sont fort simples.

2 Comments

Trois ajustements dans Lightroom pouvant faire toute la différence dans la présentation de vos images

Quelque part entre La Pocatière et Saint-Jean-Port-Joli, à moins d'une heure de Québec.
Quelque part entre La Pocatière et Saint-Jean-Port-Joli, à moins d’une heure de Québec.

Peu importe si vous êtes de ceux qui passent beaucoup de temps ou non à traiter une image, il y a trois ajustements qui sont cruciaux à une présentation soignée d’une image. Ces modifications sont souvent oubliées ou mises de côté par les débutants, et même parfois par les plus avancés.

Leave a Comment

La règle du 500 : comment photographier un ciel étoilé

Dans un billet écrit précédemment, je donnais un peu de théorie tout en fournissant quelques outils afin de calculer le temps nécessaire pour faire de longues expositions sans se casser la tête. Ces informations sont tout particulièrement utiles dans le cas où l’objectif est de faire des tracés d’étoiles qui nécessitent un temps d’exposition excessivement long.

Il pourrait toutefois arriver que le but soit tout à fait différent : l’intention pourrait être de capter le ciel étoilé comme l’oeil le perçoit, c’est-à-dire sans mouvement. La démarche sera dans ce cas différente de la première qui a été décrite. En effet, comme la Terre tourne, le ciel ne demeure pas fixe et c’est d’ailleurs ce phénomène qui est exploité lors de la création d’un tracé d’étoiles. Le problème ici est que la Terre tourne relativement vite de sorte que, tout dépendant de la longueur focale de l’objectif utilisé, ce phénomène sera rapidement visible. Comment alors connaître le temps d’exposition limite pour ne pas percevoir la rotation de la Terre ?

2 Comments
Vous aimez ce que vous lisez ?
Inscrivez-vous à l'infolettre pour être périodiquement tenu au courant des derniers articles !
Vous pourrez vous désabonner en tout temps. Aucune information vous concernant sera divulguée.