Skip to content

Catégorie : images et histoires

Un court séjour à Forillon

Forillon-Août-2014_FGagnon_010
Le Cap-Bon-Ami sous les rayons chauds du matin.

C’était la première journée du mois d’août. La route avait été longue, mais j’étais finalement arrivé à ce parc que j’affectionne tout particulièrement. Le ciel était dégagé, les fleurs et l’air du large promulguaient un parfum unique à l’endroit, et l’humidité diffusait agréablement bien la lumière. L’idée était de passer quelques jours au cours desquels j’allais prendre des photographies à travers les fleurs et les côtes de ce magnifique parc. Je n’avais donc pas vraiment de plans définis. Au terme de deux journées de photographie, voyant la mauvaise température se poindre à l’horizon, j’ai finalement plié bagages pour retourner dans la Capitale-Nationale. Même si mon séjour a été court, il a été terriblement rempli et productif : j’ai parcouru quelques sentiers, contemplé les étoiles et de petites aurores boréales, vu des rorquals à bosse sauter hors de l’eau, et même fait quelques rencontres.

Voici le compte-rendu photographique. N’hésitez pas à laisser un commentaire si vous appréciez ou si vous avez des questions.

Facebook | G+ | 500px

Leave a Comment

The Bloody Beetroots au Festival d’été de Québec 2014

2014-07-08_FGagnon_BloodyBeetroots_FEQ_013

Le spectacle de the Bloody Beetroots au Parc de la Francophonie fut probablement le plus intéressant à photographier durant le Festival d’été de Québec 2014 . C’est d’ailleurs pour cette raison que je vous présente le compte-rendu photographique de la soirée. Notez qu’il est strictement interdit d’utiliser les photographies sans mon consentement écrit

Leave a Comment

Destination Cap-des-Rosiers : récit d’une petite escapade en Gaspésie

L'iconique phare de Cap-des-Rosiers lors de la tombée de la nuit.
L’iconique phare de Cap-des-Rosiers lors de la tombée de la nuit.

La fin de la semaine s’annonçait nuageuse à peu près partout au Québec et ses alentours. Seule la péninsule gaspésienne semblait exempte de la pluie qui allait s’abattre sur le reste de la province. Après avoir considéré rapidement les autres options possibles, j’ai donc décidé de ramasser mes choses pour ensuite prendre la route vers cette région. Je n’avais pas réellement de plan. C’était une de ces escapades à l’improviste (comme je sais si bien les faire) où le seul objectif était de réussir une photographie que j’avais en tête depuis maintenant deux ans, soit de prendre le fameux phare de Cap-des-Rosiers à la tombée de la nuit.

Après tout près de 700 kilomètres de route, j’arrivais enfin à destination. C’était en fin d’après-midi, le soleil était radieux et il n’y avait que peu de nuages. La température était parfaite pour ce que j’avais en tête. Je pris le temps d’arpenter les lieux afin de trouver l’endroit où je voulais installer mon trépied. Comme il restait un peu de temps avant que le soleil se couche, je repris le volant pour aller rendre une petite visite du Parc National Forillon. Même si l’endroit commençaient de peine et de misère à bourgeonner et semblait toujours endormi, les animaux étaient très actifs. J’ai d’ailleurs rencontré des porcs-épics, un orignal, un chevreuil, un castor, et même une ourse avec deux mignons petits oursons.

Vers 19:00, alors que le soleil commençait à descendre, je retournais m’installer avec un sandwich et un café. Les quelques nuages qui étaient présents disparurent pour que la situation tant attendue depuis deux ans se présente enfin. Alors que les dernières lueurs du jour étaient toujours présentes et que les premières étoiles apparaissaient doucement, j’appuyais sur le déclencheur pour finalement obtenir la photographie ci-dessus. Terriblement satisfait par ce que je voyais dans mon écran, j’ai ramassé mes choses pour reprendre la route et m’arrêter pour la nuit quelques kilomètres plus loin.

3 Comments

Rural : Des photographies minimales de la campagne Charlevoisienne

Au milieux des géants d'acier.
Au milieu des géants d’acier.

Dans le calme de la neige, à travers montagnes et vallées, je me suis promené cet hiver afin de capter des scènes rurales, minimales et épurées, qui contrastent tant avec les forêts compactes et chargées. En cette journée d’avril, où quelques flocons tombent probablement pour la dernière fois avant l’hiver prochain, j’ai pensé clore la saison en publiant ces images en une petite série.

J’espère que vous appréciez. N’hésitez pas à commenter et à partager si vous aimez. 

Notez que j’ai également publié deux autres séries cet hiver. Vous pouvez y accéder en cliquant ici et .

2 Comments
Vous aimez ce que vous lisez ?
Inscrivez-vous à l'infolettre pour être périodiquement tenu au courant des derniers articles !
Vous pourrez vous désabonner en tout temps. Aucune information vous concernant sera divulguée.