Skip to content

Posts

La règle du 500 : ou comment photographier un ciel étoilé

Image prise à 24mm avec une exposition de 20 secondes – Parc National de la Jacques-Cartier, Québec, Canada

Dans un billet écrit précédemment, je donnais un peu de théorie tout en fournissant quelques outils afin de calculer le temps nécessaire pour faire de longues expositions sans se casser la tête. Ces informations sont tout particulièrement utiles dans le cas où l’objectif est de faire des tracés d’étoiles qui nécessitent un temps d’exposition excessivement long.

Il pourrait toutefois arriver que le but soit tout à fait différent : l’intention pourrait être de capter le ciel étoilé comme l’oeil le perçoit, c’est-à-dire sans mouvement. La démarche sera dans ce cas différente de la première qui a été décrite. En effet, comme la Terre tourne, le ciel ne demeure pas fixe et c’est d’ailleurs ce phénomène qui est exploité lors de la création d’un tracé d’étoiles. Le problème ici est que la Terre tourne relativement vite de sorte que, tout dépendant de la longueur focale de l’objectif utilisé, ce phénomène sera rapidement visible. Comment alors connaître le temps d’exposition limite pour ne pas percevoir la rotation de la Terre ?

2 Comments

Une exposition dans le cadre du Festif de Baie-Saint-Paul

Le Festif de Baie-Saint-Paul © Francis Gagnon
Le Festif de Baie-Saint-Paul © Francis Gagnon

L’été dernier était la première fois que je travaillais dans le cadre du Festif ! de Baie-Saint-Paul. Au terme des deux journées de couverture, une tonne d’images en sont sorties. L’équipe du Festif ! et moi avons donc décidé de faire une exposition rétrospective qui se tiendra du 1er juillet au 1er août 2013, soit un mois avant l’édition 2013. En tout, douze images seront présentées au Musée d’art contemporain de Baie-Saint-Paul. Si vous êtes de passage, je vous y invite à faire une petite visite !

Leave a Comment

Basculer de Lightroom à Photoshop et inversement sans inconvénient

Je travaille la majeure partie du temps avec Lightroom. Les raisons sont simples. Ce logiciel me permet de traiter efficacement mes fichiers RAW de manière non destructive tout en me donnant l’opportunité de méthodiquement organiser mes images. Il peut cependant arriver que je veuille faire certains ajustements qui ne soient pas – ou difficilement – possibles avec Lightroom et que je doive basculer vers Photoshop. Toutefois, plutôt que d’utiliser la fonction Modifier dans Adobe Photoshop CS6, j’utilise Ouvrir en tant qu’objet dynamique dans Photoshop.

1

Leave a Comment
Vous aimez ce que vous lisez ?
Inscrivez-vous à l'infolettre pour être périodiquement tenu au courant des derniers articles !
Vous pourrez vous désabonner en tout temps. Aucune information vous concernant sera divulguée.